Histoire de France Nature Environnement Centre-Val de Loire

Peupleraie jeune Une capacité d'action toujours éprouvée

Le Centre de sauvegarde de la faune sauvage (1986-2002)

CygnesLe Centre ouvre en 1986 à Saint-Jean de Braye, et le public prend l'habitude d'apporter des animaux blessés, des oiseaux victimes de dénichages, etc. En 1990, il y a 220 pensionnaires, et 120 dans les antennes de Vierzon et Châteauroux. Une volière de 35 mètres de long est construite et le Centre obtient le certificat de capacité indispensable pour avoir une existence légale.

En 1994, des travaux de rénovation sont entrepris, le site est alors transformé en centre de transit jusqu'en avril 1997, date de l'ouverture du nouveau centre de soins. Il y aura jusqu'à 550 pensionnaires. Après soins, 40% des animaux sont relâchés. Faute de moyens financiers, le centre de soins disparaît en 2002.

Les zones naturelles et la biodiversité

Insecte FleurDans les années 2000, Nature Centre crée une banque de données sur les habitats et les espèces de la région (ODONAT). Elle est utilisée par la majorité des associations fédérées et continue d'être alimentée régulièrement.

La fédération travaille à l'inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de la seconde génération. Au 31 décembre 2004, malgré les problèmes de trésorerie, plus de 350 sites sont proposés par les associations du réseau. Néanmoins en 2005, la convention ZNIEFF entre la fédération et la DIREN n'est pas reconduite.

La question agricole

En décembre 1999, Nature Centre participe à un séminaire de réflexion sur les milieux naturels, organisé par FNE. champs ble et maisLa fédération est peu organisée sur ces questions agricoles, en dehors de son réseau « eau » qui travaille sur la mise en place des SAGE. Progressivement Nature Centre avance sur le sujet et met en place un réseau « agriculture ».

Un guide méthodologique permettant de réaliser un diagnostic d'évaluation de la biodiversité sur les exploitations agricoles a été mis au point par les Naturalistes Orléanais. Nature Centre négocie avec les agriculteurs et une trentaine de diagnostics seront effectués par 3 des associations du réseau et financés par la Région en 2006. L'idée d'un Observatoire régional de la biodiversité commence à faire son chemin.

L’outilthèque
Nature Centre dispose également d'un centre de prêt d'outils pédagogiques à vocation régionale, sur des thèmes aussi divers que les déchets, l'air, l'énergie, et sur des supports variés (du CD Rom à la mallette pédagogique...). Depuis le début 2000, l'activité n'a cessé de se développer mais suite aux restructurations internes, l'outilthèque sera transférée, courant 2008, chez Loiret Nature Environnement qui en assure désormais la gestion.
A la croisée des chemins

Le gouvernement mise sur les emplois jeunes et la plupart des  associations doublent leurs effectifs. Nature Centre va compter jusqu’à 10 permanents, et prend alors des allures de PME : il faut bâtir des profils de postes, faire passer des entretiens, rédiger des contrats de travail, calculer des coûts salariaux, bref il faut apprendre la gestion des ressources humaines. Si le nombre des permanents a explosé, celui des bénévoles ne s’est pas modifié. Les salariés ont un niveau d’expertise que les bénévoles qui, outre leur travail quotidien, siègent déjà dans les nombreuses instances régionales (Conseil Economique et Social, Conférence de l’environnement, Comité de Bassin Loire-Bretagne, conseils d’administrations divers), n’ont plus le temps d’acquérir. Certains dossiers, comme celui de l’air, deviennent de plus en plus techniques.

 

 

 

En 2002, le gouvernement décide de supprimer les emplois jeunes et incite les associations à se tourner vers les collectivités locales. Le monde associatif est déstabilisé et, en 2005, Nature Centre est contrainte de supprimer 2 postes et demi. La note suivante apparaît alors dans son rapport d’activités de 2005 : « Le désengagement de l’Etat est également assorti d’une pression très forte pour que les associations de protection de la nature et de l’environnement trouvent les moyens de leur fonctionnement en proposant des « prestations », en intégrant le « marché ». Une telle orientation serait contraire à l’éthique du mouvement associatif, ferait perdre aux militants ce rôle si précieux de médiateur et d’animateur du débat public, pour transformer les associations en bureaux d’études, ou en entreprises de communication à vocation commerciale, désertées par l’engagement citoyen ».

ecopoleLa création de l'Ecopôle

En 1997, Nature Centre lance l'idée d'un rassemblement du monde associatif de l'environnement sur un seul lieu. Ainsi sont pressentis France Nature Environnement, la Fédération Nationale des Conservatoires du Patrimoine Naturel, le Conservatoire Régional du Patrimoine Naturel, Nature Centre et le GRAINE. De plus, après un soutien de l'Etat, de la Région, de la Ville d'Orléans, plusieurs projets émergent comme devenir un centre régional de ressources sur le développement durable, offrir une vitrine des associations de niveau national et régional oeuvrant dans le domaine de l'environnement, développer la formation des acteurs et la sensibilisation du public. Enfin, aujourd'hui, et même si l'hébergement n'est toujours pas d'actualité, un Ecopôle virtuel est né, en relation étroite avec la Région, fondé sur la volonté de mobiliser la population régionale autour des questions d'environnement et de développement durable (formation des permanents et des bénévoles, actions d'information, diffusion de produits de sensibilisation et d'information, mise en œuvre d'un observatoire du patrimoine naturel de la Région Centre, état des lieux des lacunes en terme de connaissance, de vulgarisation et de diffusion dans le champ de l'environnement à destination de la Région).

La fédération se réorganise

Après les années bouillonnantes de 2000, les subventions ont baissé et la fédération, malgré les déclarations tous azimuts sur le développement durable, accuse le coup. Après une diminution importante du personnel, Nature Centre décide de repenser son organisation.

C'est l'objet d'un séminaire interne de février 2008 qui oriente son action en concentrant d'une part son rôle de coordination auprès de ses associations fédérées et d'autre part en revendiquant clairement son attitude militante. Ainsi, elle choisit de renforcer ses activités autour de trois pôles majeurs que sont la biodiversité, l'agriculture, l'eau. Ces orientations ne laissent pas de côté pour autant des réflexions et des réactions sur le changement climatique, l'énergie et les transports...

Des actions exemplaires
C'est ainsi que Nature Centre se distingue sur de nombreux dossiers d'actualité : la réduction de l'usage des pesticides, des manifestations contre l'ouverture de l'autoroute A19, sa participation aux plans régional santé environnement, sur les déchets spéciaux, sur la qualité de l'air.
Son travail collégial avec ses associations affiliées lui permet de promouvoir plusieurs dispositifs du Grenelle comme la trame verte et bleue, les plans climats territoriaux, la place de l'éolien, la dynamisation de l'agriculture biologique, la certification forestière PEFC...

actuassos

 

 

actufne

     logo fne

Actu des associations locales

Actu FNE