Vue du chantier du pont depuis la rive droite. © Yoan Jäger/Reporterre
Actualité
Balance de justice Action en justice
Insecte Biodiversité
Eau Eau

RD921 : la MRAE temporise, le CD45 force le passage

Publié le 28 décembre 2021

Pourquoi la lutte contre la déviation de la RD921, appelée plus communément le nouveau pont de Mardié, dure-t-elle depuis plus de 25 ans ? Parce qu’elle impacte de manière irréversible des zones naturelles faisant l’objet de protections environnementales fortes : NATURA 2000 – directives oiseaux et habitats, ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique) et ZICO (Zone importante pour la conservation des oiseaux). Ce pont était déjà un écocide à l’époque, il l’est encore plus aujourd’hui.

L’autorisation environnementale auquel doit se soumettre la préfecture lorsqu’elle accorde un projet avait malheureusement été confiée en 2016 à la Direction régionale pour l’environnement, l’aménagement et le logement (DREAL) qui est en fait elle-même dépendante de la préfecture. Celle-ci se retrouvait alors, par le biais de ses différents services, juge et partie de son autorisation. Suite à nos actions en justice, le tribunal administratif d’Orléans a demandé en avril 2021 qu’un nouvel avis environnement soit rendu par une entité cette fois totalement indépendante de la préfecture. C’est ce qu’a fait, en décembre 2021, la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAe). Celui-ci est bien moins favorable au projet, il pointe du doigt le parti pris quant à l’opportunité d’un tel projet : 

« [C’est un choix] qui s’inscrit dans une vision de l’avenir calquée sur le présent : place prépondérante de l’automobile dans les déplacements, croissance ininterrompue de l’usage de la voiture, y compris pour les déplacements de courte distance ; développement de la société de consommation, avec notamment le e-commerce ; étalement urbain important malgré les efforts pour le limiter, etc. Il aurait été utile de s’interroger sur une autre vision possible, en anticipant les mutations de la société à venir dans un contexte de changement climatique et d’évolutions des mobilités et des transports de marchandises ».

Cependant, pour le Conseil Départemental du Loiret, pas question de renoncer. Pour Hervé GAURAT, vice-président en charge des Mobilités et de l’Aménagement du territoire «mordicus, ça se fera».

La déviation : réponse inadaptée à l’urgence écologique

Un tel projet encourage donc la population et l’organisation des flux marchands à perpétuer le développement des mobilités habituelles (motorisées et thermiques), renforçant leur caractère normal et inéluctable dans les comportements individuels et modèles de développement économique. Il participe également à l’étalement urbain en plaçant la voiture une nouvelle fois au cœur de l’urbanisme. Nous sommes cependant à l’heure urgente où les communautés d’experts mondiaux (GIEC et IPBES) appellent expressément à des changements de paradigmes globaux. Ce projet peut-il raisonnablement être encore d’utilité publique ? Nous sommes convaincus du contraire. 

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
Déviation de la RD921 à Jargeau - Mardiéval et FNE Centre- Val de Loire déposent un référé suspension
Balance de justice Action en justice

Déviation de la RD921 à Jargeau - Mardiéval et FNE Centre- Val de Loire déposent un référé suspension

Publié le 3 mars 2022
Face à l’intensification des travaux sur l’emprise Loire et de Latingy, les associations…
Communiqué de presse
Barrage Descartes
Balance de justice Action en justice

Le réaménagement du barrage de Descartes : la mauvaise solution envisagée

Publié le 28 décembre 2021
Dans le cadre du « Plan Loire Grandeur Nature », dit ”Plan Barnier”, le barrage de Maisons…
Actualité
Modélisation aérienne du pont de jargeau
Balance de justice Action en justice

Déviation de la RD921 : un projet écocide

Publié le 14 décembre 2020
Une année d’attente des jugements des actions juridiques engagées et de mobilisation adaptée…